Qui sommes-nous ?

Italiano
Español
عربي
Português

Le groupe petites paysanneries est un espace d’interaction scientifique intergénérationnel qui a démarré en 2010, sous la forme d’échanges informels entre chercheurs, jeunes chercheurs et étudiants dans le cadre du Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS, CNRS, Universités de Paris Ouest Nanterre, Paris 1, Paris 7 et Paris 8).

Le groupe puise une partie de ses ressources empiriques et théoriques dans la tradition pluridisciplinaire et ruraliste du LADYSS. Sur le plan international, il s’organise en réseau comptant des chercheurs du Nord et du Sud de la Méditerranée, tout en restant ouvert à d’autres espaces. L’ensemble de ces terrains constitue pour le Groupe un vivier social, expérimental et conceptuel.

Le choix de (re)découvrir les petites paysanneries méconnues/ignorées dans leurs configurations plurielles (historiques, sociales, économiques, géographiques, culturelles…) est un choix scientifique, politique et écologique.

C’est un choix scientifique construit dans une perspective pluridisciplinaire, multidimensionnelle, comparative et critique.

C’est aussi un choix politique qui cherche à saisir ces groupes sociaux de l’intérieur et à travers leur position dans le monde social, et ce, en tenant compte de leurs forces et leurs faiblesses, de leur situation de dominés et au regard de leurs conquêtes.

C’est enfin un choix écologique qui considère la question environnementale comme un champ d’observation, de débat et d’action inséparable de la question paysanne et de la problématique de l’inégalité d’accès et d’usage des ressources.

Coordonné par Michel Streith et Mohamed Raouf Saïdi, le GPP anime des séminaires et des journées de réflexion, ouverts à différentes générations de chercheurs et de professionnels investis dans la thématique. Le groupe s’emploie à publier et à diffuser les contributions, notamment dans la cadre d’une collection éditoriale « petites paysanneries ».

Le GPP n’exclut pas de s’engager dans des travaux de recherche contractuels, à l’exception des expertises et des études prospectives, dans la mesure où ce volet est élaboré collégialement dans une perspective pluridisciplinaire, multidimensionnelle et comparative et constitue, en outre, l’aboutissement pratique des interactions empiriques, théoriques et conceptuelles entre les membres du groupe.