Soutenance de thèse de Rhoda Fofack le 3 avril 2018 à 14h30, Nanterre

Nous sommes heureux de vous annoncer la soutenance de thèse de notre collègue Rhoda Fofack, qui se déroulera mardi 3 avril 2018 à 14h30.

La thèse réalisée sous la direction de Jean-Paul Billaud (DR émérite – CNRS) est intitulée :

La société des eaux cachées du Saïss.
L’analyse d‘un basculement autour de l’extraction des eaux souterraines profondes au Maroc.

La thèse sera présentée publiquement en vue de l’obtention du Doctorat de Sociologie à l’Université Paris Nanterre, Bâtiment B, salle des thèses René REMOND (B015), 200 avenue de la république, 92001 Nanterre Cedex.

Composition du jury :

Patrick Caron, Chercheur, HDR géographie, CIRAD, Rapporteur
Rémi Barbier,  Professeur en sociologie, ENGEES, Rapporteur
Madeleine Akrich,  Ingénieure de recherche, HDR sociologie, MinesParisTech, Examinatrice
Zhour Bouzidi,  Maître de conférences, HDR sociologie, Université de Meknès (Maroc), Examinatrice
Marc Mormont,  Professeur en sociologie, Université de Liège (Belgique), Président du jury.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés. Pour en faciliter l’organisation, merci d’informer de votre présence à l’adresse fofack.rhoda [at] gmail.com

Résumé de la thèse :

L’usage des eaux souterraines est à l’origine de l’expansion de l’économie agricole du Saïss, une région située au Nord du Maroc. Bien que cachées dans les sous-sols, les eaux souterraines de l’aquifère du même nom sont mises en visibilité par les objets techniques, intermédiaires indispensables à leur exploitation. D’une grande diversité, ces objets incluent les ouvrages d’exhaure (puits, forages, puits-forés) et leurs équipements (moteurs et pompes). D’un objet technique à l’autre, les transitions techniques qui traversent la région marquent le basculement des usages sur la nappe, des eaux souterraines superficielles aux eaux profondes. Au-delà des conditions hydrologiques et des pratiques de pompage qui changent, ce basculement témoigne du passage entre deux mondes sociaux spécifiques : un « monde de la pénurie » qui repose sur l’usage des puits et des eaux de la nappe phréatique ; et un « monde de l’abondance » où les forages permettent d’atteindre les ressources en eau de la nappe profonde, plus facilement exploitables, avec des débits plus importants et plus constants. L’évolution entre les deux mondes n’est pas linéaire, apparentée à une forme d’hybridité plutôt qu’à une rupture car leurs frontières sont rendues à la fois mouvantes et poreuses par les agriculteurs et des artisans innovants. En se constituant en objets de réseaux qui mettent en contact et créent des interdépendances entre les acteurs, les objets techniques dessinent un tissu réticulaire dont la maille ne relève pas de façon immédiate d’un lien territorial. La thèse explore ce que construit socialement la dynamique d’exploitation des ressources en eau souterraine, en caractérisant le type d’assemblages du social qui est généré – tout en y contribuant- par l’usage d’une ressource individualisée. L’analyse des mécanismes de récupération et la transformation des moteurs d’extraction révèle une société en émergence dont les systèmes d’échanges et de communication sont basés sur l’institution sociale du « bazar ». Structure sociale et culturelle traditionnelle dans les sociétés marocaines et orientales en général, le « bazar » offre des propriétés qui sont réinvesties de nos jours pour façonner les interrelations autour d’objets techniques nouveaux. En périphérie de ces processus, les acteurs publics contribuent à la réification des mondes sociaux, en disqualifiant le monde des puits pour encourager le monde « plus rationnel et mieux maîtrisé » des forages. L’approche de cette société des eaux cachées par l’intermédiaire de la technique et du rapport à l’eau souterraine se révèle d’une grande richesse, et capable de rendre visibles et explicites des dynamiques sociopolitiques caractéristiques du Maghreb contemporain. On voit alors se dessiner dans la relation ressources naturelles-objets techniques-acteurs des lignes de fracture sociologique entre monde de la ruralité souvent perçu par les acteurs publics comme « en retard » sur le développement et monde de la modernité qui encourage la course aux nouvelles technologies et à la technicité.

Mots clés : société des eaux cachées, eaux souterraines, objets techniques, pompages, agriculture irriguée, Saïss, Maroc.

Résumé en français et en anglais : Résumé-thèse-RFofack-Fr-Eng

Soutenance de thèse d’Annaig Oiry: « Une transition énergétique sous tension ? Contestations des énergies marines renouvelables et stratégies d’acceptabilité sur la façade atlantique française » le 13 décembre

Notre collègue Annaig Oiry a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse intitulée

Une transition énergétique sous tension ?
Contestations des énergies marines renouvelables et stratégies d’acceptabilité sur la façade atlantique française

Elle aura lieu le 13 décembre 2017 à 9h, au Laboratoire de Géographie Physique, 1 place Aristide Briand, 92190 Meudon.

Soutenance de thèse de Hélène Chauveau : « Le colono funkeiro et la gaùcha baladeira. Pratiques culturelles des jeunes de l’agriculture familiale et recomposition des territoires ruraux au sud du Brésil », le 11 décembre 2017

Notre collègue Hélène Chauveau a le plaisir de vous annoncer sa soutenance de thèse intitulée

Le colono funkeiro et la gaùcha baladeira
Pratiques culturelles des jeunes de l’agriculture familiale et recomposition des territoires ruraux au sud du Brésil

Elle aura lieu le 11 décembre 2017 à l’Université Lyon 2 à 13h.

Parution de l’ouvrage de Nicole Mathieu. Les relations villes/campagnes. Histoire d’une question politique et scientifique.

Parution de l’ouvrage :

Nicole Mathieu. Les relations villes/campagnes. Histoire d’une question politique et scientifique, Paris, L’Harmattan, collections logiques sociales, 2017

Pourquoi revisiter la vieille question des relations villes campagnes alors que celle-ci suscite le plus souvent l’indifférence du politique comme de la plupart des scientifiques qui la considère obsolète et ce, malgré l’effort récurrent des ruraux pour dénoncer leur existence d’« oubliés » ? Tel est l’enjeu de cette sélection d’articles de Nicole Mathieu : faire partager au lecteur l’intérêt heuristique qu’il y a à interroger, au fil du temps, ce qui fait distinction entre le rural et l’urbain dans les représentations sociales comme dans les faits ; l’intérêt aussi de se demander comment sont estimées et qualifiées leurs relations.

Pour en savoir plus :

LES RELATIONS VILLES CAMPAGNES

Appel à contributions : « transformation du foncier rural et stratégies collectives en Méditerranée ».