3e journées  » Petites Paysanneries : Nommer, situer, contextualiser  » 19-22 nov 2013, Tunis

3es JOURNÉES PETITES PAYSANNERIES NORD/SUD
« PETITES PAYSANNERIES : NOMMER, SITUER, CONTEXTUALISER »
Hôtel Ariha, Tunis, 19-22 novembre 2013

En l’honneur de Habib Attia

Avec l’aimable participation de l’Institut national de recherche agronomique de Tunis

Les « journées petites paysanneries » de 2011 et 2012, marquant la naissance du Groupe Petites Paysanneries, ont été consacrées aux questions de méthodes, conformément à un principe fondateur du groupe et en consonance avec un axe privilégié de ses préoccupations scientifiques.

Bien que toutes les communications présentées lors des deux événements n’aient pas réservé un espace explicite à la question méthodologique, ce volet était toutefois systématiquement sous-jacent. Dans l’ensemble, les interventions étaient, en effet, largement fondées sur des observations empiriques, assorties, dans certains cas, d’un retour réflexif et, dans la plupart des cas, d’une distanciation critique, voire d’une velléité polémique.

Organisées dans une perspective exploratoire, ces journées ont ainsi répondu, dans l’ensemble, à nos attentes en confirmant qu’en tant qu’objet de recherche, la petite paysannerie est un fait social total, intrinsèquement prometteur quant aux perspectives de découvertes, de production de savoirs, de comparaison et de débat qu’il nous offre.

Les questions de méthode, par définition inépuisables, resteront au centre de nos exigences quelle que soit la problématique abordée. Mais avant de nous engager dans de nouveaux questionnements, et en écho aux vœux des participants (intervenant ou pas), nous comptons clôturer (temporairement) nos journées méthodologiques, par un moment synoptique focalisé autour du triptyque : nommer, situer, contextualiser.

Les 3es journées seront consacrées à l’identification/définition des petites paysanneries dans leurs différentes configurations socio-spatiales et environnementales, quels que soient les paradigmes, les échelles d’observation (pays, monographie, filière…), les outils (qualitatifs ou quantitatifs), les perspectives temporelles (synchronique et diachronique) et immatérielles (discours, représentations) mobilisés à cet effet.

PROGRAMME
Chaque intervention : 30 minutes de présentation et 30 minutes de débat.

Mardi 19 novembre 2013

09h00 : Accueil des participants et présentation des journées
Michel Streith, Jean-Paul Billaud, Mohamed Elloumi, Mohamed Raouf Saïdi

09h30 : Séance 1 – Paradigmes
Président de séance : Michel Streith
– La paysannerie tunisienne, un sac de figues ? Mouldi Lahmar, sociologue, Université de Tunis.
– Petites paysanneries au Brésil : diversité des contextes et de stratégies dans les États de Sao Paulo et de Pernambuco, Éliane Noya, sociologue, Institut agronomique de Pernambouco ; Paulo E. Morruzi Marques, sociologue, Université de Sao Paulo.

12h30 : Déjeuner

14h00 : Séance 2 – Échelles d’observation
Président de séance : Ali Taieb
– Les paysanneries au Maroc entre l’éblouissement et l’invisibilité : lecture rétrospective et débat actuel, Mostafa Errahj, sociologue, École nationale d’agriculture de Meknès ; Marcel Kuper, hydraulicien, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II/Cirad, Rabat ; Jean-Paul Billaud, sociologue, CNRS, Nanterre.

15h00 : Pause

15h30 : Suite de la séance 2
Présidente de séance : Nicole Mathieu
– Les exploitations familiales irriguées du sud de l’Inde, entre diversification et différenciation : mais par quel bout les prendre ? Frédéric Landy, géographe, Université Paris Ouest Nanterre.
– Des paysanneries contrastées : le fellah rifain (Maroc) et le campones paraense (Brésil), Évelyne Gauché, géographe, Université de Tours.

21h00 : Projection du film documentaire « Mirages verts » réalisé par Habib Ayeb, géographe à l’Université Paris 8 et Nadia Kamel, documentariste.

Mercredi 20 novembre 2013 : Sortie de terrain
Visite du village de Kalâat el-Andalous à 30 km au nord de Tunis (château du XVIe siècle et petits paysans vivant de la pêche et de l’agriculture menacés par le mitage urbain et le tourisme balnéaire)

Jeudi 21 novembre 2013
09h00 : Séance 3 – Outils
Président de séance : Frédéric Landy
– Sursis et survie des petits paysans auvergnats, Agnès Roche, sociologue, Université d’Auvergne, Clermont-Ferrand.
– Profils paysans dans le Var, Michel Apostolo, paysan, Confédération paysanne du Var.

10h50 : Pause

11h30 : Suite de la séance 3
Président de séance : Abdelmadjid Djenane
– La désappropriation coloniale du sol au fondement de la configuration des paysanneries en Tunisie au début du XXe siècle, Lajili Marouane, historien, Institut supérieur de l’histoire de la Tunisie contemporaine, Tunis.
– La patrimonialisation des spécificités locales est-elle prometteuse pour le développement des petites paysanneries en Méditerranée, Geneviève Michon, ethnobotaniste, IRD, Marseille ; Bruno Romagny, économiste, IRD, Marseille.

12h30 : Déjeuner

14h00 : Séance 4 – Configurations
Président de séance : Bruno Romagny
– La politique foncière tunisienne et ses retombées sur la petite paysannerie et les femmes. Cas des oasis du Grand Gabès dans le sud-est tunisien, Abdallah Ben Saad, géographe économiste, Institut national de recherche agronomique de Tunis.
– Entre eaux et terres, situations contrastées et complémentarités des pêcheurs et des paysans dans le delta du Danube, Véronica Mitroi, sociologue, Ladyss, Nanterre.

15h50 : Pause

16h20 : Suite de la séance 4
Président de séance : Bernard Roux
– L’agriculture paysanne/familiale et les nouvelles formes de produire et de vivre en milieu rural, Magda Zanoni, géographe, Ladyss, Nanterre.
– Du nomadisme pastoral à l’agriculture. Genèse de la petite paysannerie de la steppe. Cas de Kasserine (Centre-Est tunisien), Mohamed Fawzi Saadaoui, historien, Institut supérieur de l’histoire de la Tunisie contemporaine, Tunis.

Soirée : Projection du film « Terre commune » réalisé par Yohan Laffort.

Vendredi 22 novembre 2013
9h00 : Séance 5 – Perspectives temporelles
Président de séance : Éliane Noya
– Crise, repaysannisation et travail. Histoires de transition au nord et au sud de l’Italie, Alessandra Corrado, sociologue, Université de Calabre.
– Les effets de la colonisation sur la population et la vie rurale dans les plaines de la Moyenne Medjerda à l’époque coloniale : Souk-el-Arba et sa région, Ali Taieb, historien, Université de Jendouba.

10h50 : Pause

11h30 : Suite de la séance 5
– L’espace rural, la paysannerie et la possibilité des révolutions. Retour sur le travail d’Ernest Labrousse, Pablo F. Luna, historien, Université Paris-Sorbonne, EHESS-CRH-Erhimor.

12h30 : Déjeuner

14h00 : Nommer, situer, contextualiser les petites paysanneries, grilles de lectures. Débat, synthèse et clôture des journées
Présidents de séance : Jean-Paul Billaud, Mohamed Elloumi, Magda Zanoni
Grilles de lecture disciplinaire :
Agro-économie : Bernard Roux, Hocine Doufène.
Socio-anthropologie : Abdelhafid Hammouche, Mohamed Raouf Saïdi, Michel Streith.
Histoire : Niccolo Mignemi, Mohamed Fawzi Saadaoui, Lajili Marouane.
Géographie : Gérard Fay, Nicole Mathieu.
Débat

16h30 : Synthèse transversale : Mohamed Raouf Saïdi, Ladyss et Michel Streith, CNRS.

18h00 : Clôture des journées

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.