Compte-rendu des journées intergénérationnelles 2014

Préparées grâce au concours de jeunes docteurs et de doctorants, ces journées constituent un moment de comparaison et d’interaction entre différentes générations de chercheurs abordant des problématiques liées aux petites paysanneries dans divers espaces géographiques et périodes historiques et selon des approches et des niveaux d’observation variés.

La première journée a été amorcée par la participation de Marianne Cohen, bio-géographe, qui à partir de son parcours de recherches a relancé le débat sur la question de la « petitesse » de la paysannerie dans les différents contextes géographiques où elle a travaillé. Le débat a notamment porté sur la relation taille de l’exploitation / pluriactivité qui pourrait définir ou non la petite paysannerie, mais aussi le rapport au foncier de la paysannerie et enfin l’impact des pratiques ancestrales sur la durabilité des sols.
Partant d’une question centrale qu’est : En quoi les caractères de la petite paysannerie aident-ils à comprendre les milieux et les écosystèmes?, elle a mis en évidence l’impact des pratiques de la petite paysannerie sur le milieu naturel et les logiques et les représentations sous-jacentes à ces pratiques.
A travers les projets de recherches qu’elle a menés (France, Andalousie, Nordeste au Brésil), elle également ressorti les stratégies spécifiques des milieux et des ressources que les différentes catégories d’agriculteurs avaient développées et l’impact de l’importance de la logique familiale sur la gestion durable des terres.
Partant du principe environnemental de l’impact des petites paysanneries sur le milieu naturel, elle a reposé la question du développement durable à partir d’une catégorie d’acteurs.

La deuxième session de la journée a été consacrée aux jeunes doctorantes, également en quête de compréhension de la logique de fonctionnement de la petite paysannerie dans des contextes socio-géographiques et politiques variés.
Marine Dubos-Raoul qui travaille sur le secteur de la canne à sucre au Brésil depuis son Master, a présenté son nouveau terrain de recherche (Mato Grosso do Sul, Goias) et ses nouvelles orientations dans l’objectif d’étudier le front sucrier au Brésil et les changements qu’il provoque dans les campagnes à travers le processus de territorialisation du secteur sucro-énergétique globalisé. Ses recherches se basent principalement sur l’analyse des moteurs d’expansion et de territorialisation de ce secteur et de leurs conséquences locales (propriétaires fonciers, producteurs, agriculteurs familiaux/paysans, les populations indigènes et les représentants de la société civile).
Renata Souza Seidl a présenté un autre secteur économique, le Bio, dans lequel la petite paysannerie brésilienne de la région métropolitaine s’est lancée et son impact sur la qualité de vie des agriculteurs.
A partir d’une étude comparative qui s’appuie sur l’analyse des entretiens effectués auprès de 7 agriculteurs pratiquant «le bio», 7 agriculteurs pratiquant «l’agro-écologie» et 6 agriculteurs pratiquant «l’agriculture conventionnelle, elle a ressorti tout d’abord le sens de la qualité de vie pour les agriculteurs et puis les facteurs qui les rassemblent dans ce sens. Et si la qualité de vie est, pour une grande partie des agriculteurs, liée à des valeurs rurales, familiales et sentimentales par rapport à la proximité de la nature, elle est tout de même conditionnée par les possibilités de commercialisation. Les petits agriculteurs sont fortement dépendants des marchés métropolitains plus rémunérateurs.
Camille Apostolo, qui prépare son sujet de doctorat, compte travailler sur la question du genre en milieu agricole et cherche des pistes de recherche et une méthodologie de travail afin d’étudier le statut des femmes chefs d’exploitations agricoles dans le Var.
A travers la transformation des rapports de genre et hiérarchie sexuée dans la profession agricole, replacée dans le contexte de bouleversement du monde agricole depuis la révolution industrielle, elle cherche à identifier les recompositions et les reproductions des rapports sociaux de sexe et des identités de genre dans le métier agricole, quand la femme est statutairement reconnue en tant que chef d’exploitation. Ce travail se base sur le croisement de sociologie du monde rural, de sociologie des professions du genre et enfin de sociologie du corps .

La deuxième journée aussi riche que la première a été débutée par les travaux de doctorants dans des contextes socio-géographiques et politiques encore plus variés.
Mohamed Abid a présenté une autre catégorie de petite paysannerie dans le nord-ouest de la Tunisie. Dans le prolongement de son travail de Master il a présenté sa recherche sur l’impact de l’intervention de l’état sur la population forestière à travers les outils juridiques et institutionnels mis en oeuvre . Il a mis en évidence la relation Etat/forêt qui date de l’époque coloniale qui est une relation de domination qui présente la population forestière en tant population «dévastatrice» du milieu naturel. Marginalisé, le «felleh» khroumir est dominé économiquement et politiquement par les dynamiques des régions littorales. Il a également identifié les stratégies paysannes d’acquisition des lopins de terre pour leur survie et leur logique de fonctionnement. Il a enfin insisté sur le fait que la résistance paysanne aux lois imposées n’est pas d’une grande efficacité sans mobilisation sociale. Si l’éparpillement des populations dans des «Douars» permet d’éviter la concurrence économique et de contourner la vigilance de l’administration forestière, elle ne favorise pas une solidarité communautaire capable de revendiquer ses droits.
Rhoda Fofack a présenté sa recherche d’une méthodologie nouvelle pour étudier le parcours des acteurs aux fil de l’eau souterraine dans le Saiss au Maroc. En s’appuyant sur la méthode de réseaux sociaux technique et leur mode d’assemblage, elle compte analyser le territoire du Saiss au-delà de ses limites géographiques et sociales classique dans le but d’identifier les imbrications de relations sociales (différents acteurs directs et indirects), économiques et territoriales en perpétuel mouvement autour de l’eau. A travers les récits de vie, elle voudrait re-schématiser les connexions qui s’établissent entre les réseaux sociaux et les réseaux professionnels.
Charline Rangé a présenté son travail qui a porté sur l’exploitation et la gestion des ressources variables sur les rives camerounaises du lac Tchad. Elle a montré que le mode d’exploitation de ce milieu est en effet basé sur la valorisation des paysans de l’alternance de la crue et la décrue avec une gestion de la variabilité des ressources à la fois par la mobilité humaine et la multifonctionnalité des espaces. A travers les cartes et les photos elle montré comment cette multifonctionnalité simultanée ou successive est assurée par l’agriculture, l’élevage et la pêche. Enfin elle a développé comment autour de ses trois activités est née une dynamique socio-économique et territoriale qui se base sur des systèmes d’arrangements spécifiques entre paysans, mais qui est aujourd’hui concurrencée par les nouvelles politiques publiques avec la création des périmètres irrigués jugés plus productifs.

Les journées ont été clôturées par un débat autour de l’intervention du Professeur Jean Piel, historien,intitulée : Un « sac de pommes de terre » peut-il être un acteur de développement? Quelques réflexions à partir du cas latino-américain.
Il a introduit sa présentation en rappelant que le rôle de la paysannerie parcellaire dans le développent économique et politique des sociétés contemporaines n’est pas une question nouvelle.
En effet, en Amérique Latine, il semble évident qu’après les révolutions mexicaine, bolivienne et cubaine aucun développement économique et social ne serait acquis sans l’intégration au marché et à la nation des paysanneries pauvres, indiennes ou non.
Néanmoins, à travers un cadrage historique de la place de la paysannerie pendant les révolutions française ou russe et pendant les périodes épidémiques (peste), il a rappelé que malgré leur nombre et leur action de démarrage et redémarrage macro-économique, elles ne furent pas les incitatrices de ce redémarrage et seraient même incapables d’impulser le processus de développent socio-économique.
Il conclut alors de ce cadrage qu’on ne peut pas qualifier les paysans de « pomme de terre en vrac dans un sac », mais encore faut-il au préalable bien s’entendre sur la définition des paysanneries parcellaires et du développement.
Avec un croisement de la définition marxiste de la paysannerie parcellaire et l’histoire de leur rapport à la dynamique politico-économique en France, il en déduit qu’il y a une grande diversité dans la paysannerie parcellaire, car tout dépend comment celle-ci peut mobiliser sa force de travail familiale pour accéder aux ressources en techniques et en capital.
Concernant la question de la participation des paysanneries parcellaires au développement, il se base sur les hypothèses des pro-capitalistes, des marxistes et développementalistes qui ont répondu par la négative. La paysannerie parcellaire est, selon lui, de par sa logique de fonctionnement (sous-utilisation des forces de travail), totalement incompatible avec les exigences productivistes des sociétés industrielles.
Il conforte cette hypothèse par l’histoire de la paysannerie latino-américaine jusqu’au 20e siècle.
Enfin, il prend l’exemple de la réforme agraire mexicaine qui a prouvé son efficacité plusieurs décennies après sa création du fait de la modernisation et de l’intégration de la paysannerie parcellaire dans l’économie nationale et son développement. Ailleurs, le sort de la paysannerie parcellaire n’est pas si brillant face à l’accaparement néo-libéral, même si on enregistre quelques exceptions de résistance. Il conclut son intervention ainsi: « dans l’ensemble de l’Amérique Centrale et Latine le destin historique des paysanneries parcellaires en régimes capitalistes semble toujours inscrit dans cet incontournable dilemme: participer au développement, mais à condition de renoncer à sa condition de paysannerie parcellaire »

Saloua Toumi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *