Archives par étiquette : amerique latine

Compte-rendu des journées intergénérationnelles 2014

Préparées grâce au concours de jeunes docteurs et de doctorants, ces journées constituent un moment de comparaison et d’interaction entre différentes générations de chercheurs abordant des problématiques liées aux petites paysanneries dans divers espaces géographiques et périodes historiques et selon des approches et des niveaux d’observation variés.

La première journée a été amorcée par la participation de Marianne Cohen, bio-géographe, qui à partir de son parcours de recherches a relancé le débat sur la question de la « petitesse » de la paysannerie dans les différents contextes géographiques où elle a travaillé. Le débat a notamment porté sur la relation taille de l’exploitation / pluriactivité qui pourrait définir ou non la petite paysannerie, mais aussi le rapport au foncier de la paysannerie et enfin l’impact des pratiques ancestrales sur la durabilité des sols.
Partant d’une question centrale qu’est : En quoi les caractères de la petite paysannerie aident-ils à comprendre les milieux et les écosystèmes?, elle a mis en évidence l’impact des pratiques de la petite paysannerie sur le milieu naturel et les logiques et les représentations sous-jacentes à ces pratiques.
A travers les projets de recherches qu’elle a menés (France, Andalousie, Nordeste au Brésil), elle également ressorti les stratégies spécifiques des milieux et des ressources que les différentes catégories d’agriculteurs avaient développées et l’impact de l’importance de la logique familiale sur la gestion durable des terres.
Partant du principe environnemental de l’impact des petites paysanneries sur le milieu naturel, elle a reposé la question du développement durable à partir d’une catégorie d’acteurs.

Continuer la lecture

État des résistances dans le Sud: Les mouvements paysans

Vient de paraître aux éditions CETRI. 

Présentation de l’éditeur: 

En Asie, Afrique et Amérique latine, les mouvements paysans mènent des dynamiques soutenues de contestation. Plus sourdes, moins médiatisées, ces « résistances » aux formes et aux revendications renouvelées, se sont multipliées ces deux dernières décennies. En cause, les stratégies de « modernisation conservatrice » des campagnes et l’adaptation mimétique des politiques agricoles aux exigences de l’économie mondialisée, qui érodent en profondeur la condition paysanne. Luttes des plus pauvres parmi les pauvres, des paysans sans terre, des communautés indigènes marginalisées, des travailleurs agricoles en situation précaire…, elles dénoncent les menaces qui pèsent sur le devenir des systèmes alimentaires et des équilibres environnementaux : montée en puissance de l’agrobusiness, accaparement des terres, expansion des monocultures d’exportation au détriment des cultures vivrières, pressions sur les ressources naturelles, etc.

Sur le terrain, ce paysage contestataire demeure toutefois très fragmenté et contrasté. L’intensité et la portée des mobilisations dépendent des contextes sociopolitiques, des capacités organisationnelles et de l’articulation entre acteurs, lesquels entretiennent parfois des rapports concurrentiels, voire de franches rivalités. En fédérant les secteurs populaires ruraux autour de l’idée mobilisatrice de « souveraineté alimentaire », le mouvement international La Via Campesina entend surmonter ces limites et contrer l’avancée d’un modèle de développement agricole socialement excluant et écologiquement destructeur.

Pour plus d’informations cliquer ici

Parution : Agroécologie en Argentine et en France

AGROÉCOLOGIE EN ARGENTINE ET EN FRANCE : Regards croisés

Sous la direction de Frédéric Goulet, Danièle Magda, Nathalie Girard et Valéria Hernandez

Qu’entend-on exactement par l’agroécologie ? Quels sont les acteurs qui la défendent, la conçoivent, la mettent en oeuvre ? Et si elle est aujourd’hui évoquée sur tous les continents, l’est-elle finalement dans les mêmes termes, et soulève-t-elle les mêmes débats partout dans le monde ? L’ambition de cet ouvrage est de mettre en regard autour de ces questions les situations de deux grands pays agricoles, dans lesquels l’agroécologie a connu récemment d’importants développements : l’Argentine et la France.