7e JPP : Les petites paysanneries des arrière-pays montagneux et forestiers au nord et au sud de la Méditerranée, 18-20 oct. 2017, Marseille

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les 7es journées petites paysanneries seront organisées cette année autour de la thématique :

LES PETITES PAYSANNERIES DES ARRIERE-PAYS MONTAGNEUX ET FORESTIERS AU NORD ET AU SUD DE LA MEDITERRANEE.

Contextes, contraintes et stratégies

Coordonnées par Laurent Auclair et Mohamed Raouf Saïdi, les journées se tiendront les 18, 19 et 20 octobre 2017 au Centre Saint-Charles d’Aix Marseille Université (AMU).

Le programme est encore en cours de finalisation, nous sommes toutefois en mesure d’accepter quelques communications supplémentaires (2-3) proposées par les membres du GPP et de son réseau, si celles-ci cadrent avec l’argumentaire.

Argumentaire

Les arrière-pays montagneux et forestiers méditerranéens, lieux d’ancrage de petites paysanneries (PP) séculaires aux marges des centres du pouvoir, ont historiquement constitué des lieux de refuge pour les populations chassées des plaines, les exclus, les damnés et les rebelles à l’affut de moyens de subsistance et de résistance (Braudel, 1966 ; Debarbieux, 2001). De nos jours, les PP montagnardes et forestières, plus composites et de plus en plus intégrées aux entités nationales, souffrent, paradoxalement, de l’excentricité géographique et de la marginalité économique et sociale. Or, au-delà de la diversité des milieux physiques, culturels et des rapports tissés avec les avant-pays urbanisés, ces mêmes sociétés développent des pratiques adaptatives fondées sur des logiques spécifiques qui restent malgré tout exposées à des risques et à des incertitudes multiformes, que la politique publique n’arrive pas à endiguer.

• Contraintes physiques vs pluriactivité et plurifonctionnalité

Dans ces milieux, les pratiques agropastorales sont soumises à de multiples contraintes physiques (orographique et bioclimatique), humaines (migrations temporaires ou définitives), parfois à l’ensauvagement de la nature (faune sauvage en surpopulation, déprise agricole).
Longtemps négligées par les politiques publiques au Sud, ces zones, sont souvent associées dans les représentations collectives à la misère et au sous-développement, et désignées par les statistiques comme des espaces répulsifs et comme le principal réservoir de la pauvreté. Les politiques publiques dites participatives qui leur sont destinées, sont imprégnées de l’idéologie de la conservation de la nature et souvent peu soucieuses des enjeux sociaux et des conflits entre les paysanneries nés des multi-usages de l’espace (Aderghal, 2004, 2007). Au nord, malgré les divers dispositifs incitatifs (locaux, nationaux et européens), les arrière-pays montagneux et forestiers continuent à se « dévitaliser » et s’ensauvager.
Face aux contraintes, les PP déploient des stratégies pluriactives combinant la diversification agricole, l’artisanat et les commerces. En réponse à la demande de nature des citadins mus par un éthos écologisant (Saïdi, 2012) et encouragés par divers fonds incitatifs, on a vu se développer, à des degrés variables, de nouvelles formes de tourisme à la fois génératrices (directement ou indirectement) de sources additionnelles de revenu (emplois et services), et reposant sur la valorisation du patrimoine matériel et immatériel local. Le tout accompagné par de plus grands efforts publics d’investissement infrastructurel et d’accompagnement socio-économique.

• Conflits d’usage et marchandisation vs solidarités paysannes et innovation

La pluriactivité et la multifonctionnalité constituent un levier déterminant pour le maintien sur place des familles paysannes. Ces stratégies se heurtent néanmoins à de sérieuses contraintes au premier rang desquelles figurent les conflits d’usage et d’appropriation des ressources.
Sur la rive Sud de la Méditerranée, les PP se heurtent depuis plus d’un siècle à l’appropriation légale de la forêt par l’État. Ce dernier, se dotant d’une législation restrictive et coercitive (codes forestiers hérités de la période coloniale), continue d’assimiler, depuis un siècle, les « populations locales » à de simples « usagers ». Dans certains cas, le service forestier n’hésite pas à salarier saisonnièrement la main d’oeuvre locale et à mobiliser des dispositifs sociaux publics et caritatifs, dans le but de maintenir les familles sur place (Boujou et Saïdi, 1996 ; Gardin, 2004) afin
de satisfaire les besoins de l’exploitation monopolistique des ressources forestières, de l’entretien des forêts et de la lutte contre l’érosion. En France, où la législation forestière est plus lâche et le monopole étatique moins exclusif, les nouvelles dispositions législatives sur les feux de forêt semblent constituer une sérieuse entrave à la viabilité de l’élevage de montagne (Vilain-Carlotti, 2015). Les conflits d’usage divisent parfois les PP : il s’agit des sempiternels antagonismes entre agriculteurs et éleveurs (sédentaires ou en voie de sédentarisation), ou encore de la traditionnelle concurrence des éleveurs autour des ressources pastorales, qui s’accentue lors les périodes de sécheresse (Rosenbeger, 2001 ; Noin, 1970). Récemment, l’engouement des citadins pour la nature, concomitamment à la mobilisation mercantile de l’écologie, la « mise en tourisme » (et/ou la « touristification »)P0F1P des territoires, ont souvent accentué la concurrence entre les familles paysannes. Les promoteurs immobiliers et touristiques, pour la plupart extérieurs au monde agricole et parfois étrangers, prompts à transformer les terres agricoles et les pâturages collectifs en complexes touristiques, constituent aussi une sérieuse menace. D’espaces agricoles pauvres et arides, certains arrière-pays montagneux et forestiers en France et en Europe méditerranéenne, se transforment ainsi en espaces de rente foncière.
Jusqu’à aujourd’hui, ni les conflits d’usage, ni les compétitions, pas plus que la logique marchande invasive n’ont a priori réussi à déstructurer complètement les PP des arrière-pays montagneux et forestiers (à l’exception notable de la Corse et de la Sardaigne), car les formes nouvelles et traditionnelles de solidarité représentent, à côté des stratégies adaptatives, un autre levier de résistances individuelles/familiales et collectives. Dans les pays du Sud de la Méditerranée où les instances représentatives non communautaires propres aux PP sont encore inexistantes ou balbutiantes, les solidarités traditionnelles (Auclair & Alifriqui, 2012) et, plus récemment, le développement du tissu associatif en milieu rural (Aubert et Saïdi, 2012), constituent malgré tout des espaces de négociation, des remparts contre l’accaparement des terres et participent dans une certaine mesure à la préservation des PP. Dans les pays du Nord, l’ingéniosité et la créativité des organisations paysannes constituent un vecteur de dépassement des individualismes, de conquêtes économiques et politiques et un appui essentiel au maintien et à l’installation

Objectifs et modalités

Les 7èmes JPP chercheront à appréhender dans une perspective dynamique et comparative les petites paysanneries des arrière-pays montagneux et forestiers méditerranéens, comme une configuration spécifique.
Elles réuniront des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des doctorants ainsi que des professionnels (paysans, syndicalistes et institutionnels), en priorité originaires des pays du pourtour méditerranéen, ayant une connaissance scientifique et empirique des PP dans les espaces considérés. Les participants restitueront leurs connaissances et confronteront leurs résultats selon trois axes privilégiés :
– les arrière-pays montagneux et forestiers méditerranéens : caractérisation diachronique ;
– les PP des arrière-pays montagneux et forestiers méditerranéens à l’heure de la mondialisation et du changement climatique : accommodations et résistances ;
– les PP des arrière-pays montagneux et forestiers méditerranéens, l’État et les politiques publiques.
Les propositions portant sur les aspects immatériels des espaces et des populations concernés (mode de vie, représentation sociales…) seront très appréciées.

Bibliographie

ADERGHAL M., Restructuring in Agro-Sylvo-Pastoral Systemsof Atlantic Morocco, in GETEL J. and BREUER I. (Eds.), Pastoral Morocco. Globalizing Scapes of Mobility and Insecurity, Wiesbaden, 2007.
ADERGHAL M., Pour une nouvelle perception des montagnes marocaines, in AIT HAMZA M.et POPP H. (Ed.), La montagne marocaine: les représentations d’un espace marginal, Pub de la FLSH, série colloques et séminaires, n°19, UM5 de Rabat 2004.
ADERGHAL M., Territoires, projets de développement et problématique touristique dans le pays d’Oulmes, in BERRIANE M. (Dir.), Le tourisme dans les arrière-pays méditerranéens. Des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, UM5 de Rabat-UMF (Fès), LMI-MediTer, 2014.
AUBERT P-M., SAÏDI M. R., Le fait associatif à l’épreuve de la dynamique sociale. Étude de cas dans la région de Skoura (Moyen Atlas, Maroc), in STOESSEL-RITZ J., BLANC M., MATHIEU N. (Eds), Développement durable, communautés et sociétés. Dynamiques socio-anthropologiques, Bruxelles, Peter Lang, 2012.
Auclair L., Alifriqui M. (Dir.), Agdal. Patrimoine socio-écologique de l’Atlas marocain. IRD-IRCAM éd., Rabat, Marseille, 2012.
BERRIANE M. et. MOIZO B., Initiatives locales, politiques publiques et développement du tourisme en milieu rural au Maroc: Bilan de 15 années de tourisme dans les arrière-pays, in BERRIANE M. (Dir.), Le tourisme dans les arrière-pays méditerranéens. Des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, UM5 de Rabat-UMF (Fès), LMI-MediTer, 2014
BRAUDEL F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1966 (édition de 1987), Tomes 1 et 2.
BOUJU S., SAÏDI, M. R., Le développement rural en Khroumirie : logiques paysannes et logiques des projets, in 0TELLOUMI0T30T M. (Ed.),30T Politiques agricoles, stratégies paysannes et développement rural, Tunis, Actes du colloque de l’IRMC, Tunis, 27-28-29 avril 1995, Ed. Alif et IRMC, 1996.
DEBARBIEUX, B., Les montagnes : représentations et constructions culturelles, in VEYRET Yvette (Eds), Les montagnes : discours et enjeux géographiques, Paris, SEDES, 2001, URL : http://archive‐ouverte.unige.ch/unige:3976
GARDIN J., La forêt et l’État en Kroumirie : politique environnementale et contrôle social des populations rurales en Tunisie, Thèse de doctorat de Géographie, Université de Paris 10 Nanterre, 2004
MORA O (Coord.). Les nouvelles ruralités à l’horizon 2030. Quae éd., 2008.
NOIN D., La population rurale du Maroc, Paris, PUF, 1re édition, 2 t., 1970.
ROSENBEGER B., Société, pouvoir et alimentation: nourriture et précarité au Maroc précolonial, Rabat, Editions Alizés, 2001.
ROUX, B. GUERRAOUI D. (Dir), Les zones défavorisées méditerranéennes [Texte imprimé] : études sur le développement dans les territoires ruraux marginalisés, Paris, L’Harmattan, Casablanca, Les Éd. Toubkal, 1997.
SAÏDI, M.R., La Représentation sociale des zones humides. Enquête d’opinion, CNRS-LADYSS-DESMID, ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, 2012, URL : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Etude-sur-les-representations.html
VILAIN-CARLOTTI P., Perceptions et représentations du risque d’incendie de forêt en territoires méditerranéens. La construction socio-spatiale du risque en Corse et en Sardaigne, Thèse de Géographie, Université Paris 8, 2015.

Organisation

La manifestation se tiendra à Aix-Marseille Université (AMU), centre Saint-Charles. Elle se déroulera sur 3 jours qui seront organisés en deux temps :
– les 18 et 20 octobre seront consacrés aux communications et aux débats ;
– une sortie de terrain est prévue le 19 octobre dans la région PACA
Coordination :
Laurent Auclair et Mohamed Raouf Saïdi
Équipe d’organisation scientifique et logistique
Catherine APOSTOLO (Paysanne à la retraite, GPP)
Mohamed ADERGHAL (Université Mohammed V, Rabat)
Audrey AMBROSINO (LPED)
Laurent AUCLAIR (LPED, IRD)
Amor Mokhtar GAMMAR (Université de la Manouba, Tunis)
Jean GARDIN (Ladyss, Paris I)
Marie OIRY-VARACCA (UPEM)
Bruno ROMAGNY (LPED, LMI, IRD)
Bernard ROUX (INRA, GPP)
Mohamed Raouf SAÏDI (Associé Ladyss-Nanterre, GPP)
Amélie SALMON (LPED)
Pauline VILAIN-CARLOTTI (Associée LADYSS-Paris 8)
Partenariat :
AMU, LPED, GPP, LADYSS, CNRS, LMI IRD, AUF* …

L’entrée est libre, mais le nombre de places étant strictement limité, il est recommandé de s’inscrire : gpp.evenement[at]gmail.com

* Sous réserve


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *